Tunisia Podcasts

post-header
post-header

image

Dhia Bousselmi

Écrivain et traducteur

Dhia Bousselmi est chercheur en droit et en études de genre, écrivain et traducteur, mais aussi journaliste et chroniqueur à ses heures perdues.

Ce passionné de littérature et de langues lisait déjà du Jibrane Khalil Jebrane et du Michael Nouaim à l’école primaire. Autant dire que les mots et les sonorités ont toujours fait partie de sa vie.

tard, il ne cessera de faire des essais et des expériences de va et vient entre les langues et les dialectes. Son projet le plus original : traduire des œuvres littéraires mondialement connues en dialecte tunisien. A son actif déjà, les traductions de « L’Etranger » d’Albert Camus, « Le petit prince » de Antoine de Saint-Exupéry, une conférence de Deleuze ou encore les mémoires du poète Aboulkacem Chebbi.

L’idée derrière : rendre accessible ces œuvres et leurs réflexions aux plus grands nombre de tunisiens. C’est d’ailleurs grâce au Prix de la Fondation Rambourg pour l’art et la culture, qu’il arrive à publier « leghrib »- la traduction de l’Etranger »- A même pas 30 ans, DhiaBousselmi a des projets concrétisés et d’autres plein la tête. Multi-task, ce jeune de la génération Z opère sur plusieurs fronts, droit, journalisme, littérature et traduction… Qu’est-ce qui la motivé ? Comment cette graine de la passion pour l’œuvre et ce qui se cache derrière l’œuvre, a été plantée ? Que faut-il avoir dans son sac pour savoir apprécier à leurs justes valeurs langues et dialectes, sans distinction aucune ? On se pose au bureau par une journée caniculaire et je lui pose toutes ces questions, notamment celle qui concerne son enfance à Bousselem et son apprentissage de la langue française.

Dans cet épisode, on parle de :

02:59 L’apprentissage de la langue française

10:31 Des études à Paris

14:23 Le français, l’arabe littéraire et le dialecte tunisien : le conflit d’une quête identitaire

22:00 Le déclin de l’école publique



image

Raouia Kheder

Architecte de formation, ma passion pour les mots, la radio et l’info m’a poussée à changer petit à petit de métier. J’ai alors mis un pied dans la rédaction et un autre dans la radio. Après avoir suivi de nombreuses formations en France et en Tunisie, je me suis spécialisée dans les domaines culturel et sociétal, avec un focus sur tout ce qui concerne la femme. Depuis, je produis des émissions radio, j’écris pour un magazine et j’anime et conduis des tables rondes.