Tunisia Podcasts

post-header
post-header

Il est le parolier du grand tube « Je veux » de Zaz. Chanteur, auteur, compositeur et producteur, kerreddine soltani a travaillé avec les plus grands artistes français et internationaux : Julie Zenatti, Natasha St Pier, Amel Bent, Laam, KendjiGirac, mais aussi GiannaNannini ou encore Tiken Jah Fakoly. Tous lui ont fait confiance et croient en sa plume incontournable.

Alors que ces derniers ne maitrisaient nullement la langue française à leur arrivée, Kerredine, lui, se passionne pour les mots et la poésie dès son jeune âge. Il réussit en peu de temps à imposer son écriture aussi poétique que simple, dans le milieu artistique. Les mots de Kerredine touchent, parlent aux gens, qui se les approprient facilement.

Depuis quelques années, l’artiste passe de plus en plus de temps en Tunisie. Des projets de futuring avec des artistes tunisiens sont dans sa ligne de mire.

Et moi, je profite de l’un de ses passages pour discuter « francophonie » avec lui. Comment s’approprie-t-on une langue, au point d’en faire un outil de travail, lorsque les origines sont ailleurs ? Et comment trouve-t-on son équilibre linguistique lorsque le cœur balance entre les deux rives ? Avec Kerredine, on remonte le temps jusqu’à la période où ses parents quittent le village natal de Dahmani pour aller s’installer en France.


Dans cet épisode, on parle de :

03:23 Le départ de ses parents en France et son apprentissage de la langue française

09:24 Le rôle des langues dans son processus d’écriture

15:33 L’intégration à travers les langues

24:47 Son avis sur le rapport du Tunisien à la langue française

image

Kerredine Soltani

Auteur – Compositeur

Né à Argenteuil, en banlieue parisienne, le jeune homme revendique ses origines tunisiennes et ne cesse de rappeler et raconter son enfance / le combat de ses parents, venus chercher un avenir meilleur en France.

Il est le parolier du grand tube « Je veux » de Zaz. Chanteur, auteur, compositeur et producteur, kerreddine soltani a travaillé avec les plus grands artistes français et internationaux : Julie Zenatti, Natasha St Pier, Amel Bent, Laam, KendjiGirac, mais aussi GiannaNannini ou encore Tiken Jah Fakoly. Tous lui ont fait confiance et croient en sa plume incontournable.

Alors que ces derniers ne maitrisaient nullement la langue française à leur arrivée, Kerredine, lui, se passionne pour les mots et la poésie dès son jeune âge. Il réussit en peu de temps à imposer son écriture aussi poétique que simple, dans le milieu artistique. Les mots de Kerredine touchent, parlent aux gens, qui se les approprient facilement.

Depuis quelques années, l’artiste passe de plus en plus de temps en Tunisie. Des projets de futuring avec des artistes tunisiens sont dans sa ligne de mire.

Et moi, je profite de l’un de ses passages pour discuter « francophonie » avec lui. Comment s’approprie-t-on une langue, au point d’en faire un outil de travail, lorsque les origines sont ailleurs ? Et comment trouve-t-on son équilibre linguistique lorsque le cœur balance entre les deux rives ? Avec Kerredine, on remonte le temps jusqu’à la période où ses parents quittent le village natal de Dahmani pour aller s’installer en France.


Dans cet épisode, on parle de :

03:23 Le départ de ses parents en France et son apprentissage de la langue française

09:24 Le rôle des langues dans son processus d’écriture

15:33 L’intégration à travers les langues

24:47 Son avis sur le rapport du Tunisien à la langue française

image

Raouia Kheder

Architecte de formation, ma passion pour les mots, la radio et l’info m’a poussée à changer petit à petit de métier. J’ai alors mis un pied dans la rédaction et un autre dans la radio. Après avoir suivi de nombreuses formations en France et en Tunisie, je me suis spécialisée dans les domaines culturel et sociétal, avec un focus sur tout ce qui concerne la femme. Depuis, je produis des émissions radio, j’écris pour un magazine et j’anime et conduis des tables rondes.