Tunisia Podcasts

post-header
post-header

image

Mouna Allani Ben Halima

CEO de l'hotel La Badira

Décembre 2014, La Badira, premier hôtel de luxe Tunisien labélisé Leadings Hotels ouvre officiellement ses portes. Derrière ce projet d’envergure se cache une femme à poigne : Mouna Allani Ben Halima. Chef d’entreprise et directrice d’hôtel, la femme d’affaires ne se définit pas uniquement en tant que tel.

Son deuxième créneau est tout ce qui touche à la vie associative et au militantisme social. Elle est membre du bureau exécutif de la Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie, et s’active dans plusieurs réseaux, dont l’ ATUGE Entrepreneurs.

Pour décrire cette femme à la successtorie incroyable, il serait intéressant de croiser ces termes : ouverture sur le monde, voyages, culture, startup, management, affaires, et ce dans un même champ lexical. Et dans ouverture sur le monde et voyages, les langues prennent la place qu’ils méritent. Pour Mouna, c’est dès la petite enfance que tout se joue.

Dans Cet Épisode, On Parle De

02:16 Mouna parle de l’apprentissage qu’elle a reçu d’abord dans une école privée au primaire, puis dans un lycée public, où élèves switchaient avec beaucoup de facilité entre les deux principales langues- français et arabe- selon la nature des matières enseignées

03:50 Puis vint le temps de la réforme de la fin des années 80, mettant en place l’arabisation du programme scolaire. Notre invitée parle d’une jeunesse pénalisée, pour qui l’accès au marché du travail est devenu plus difficile

06:50 On parle livres, pièces de théâtre à l’école, apprentissage par la pratique. Pour Mouna, l’amour des livres, de la lecture, des langues se transmet à l’école

13:00 Départ immédiat pour la France. Mouna Allani poursuit ses études à Paris. S’ouvre encore plus aux différentes cultures dans un Paris multiculturel, éclectique et cosmopolite, où plusieurs nationalités se côtoient dans les universités. L’expérience est inoubliable

17:50 Contrainte de reprendre les affaires familiales de manière précoce, suite au décès de son père, Mouna Allani plonge rapidement dans le monde du travail et découvre l’univers de l’hôtellerie et du tourisme. Dans cette partie, elle parle du tourisme en Tunisie, de ses besoins, des marchés existants, mais aussi de la nécessité de maîtriser les langues dans ce milieu.

image

Raouia Kheder

Architecte de formation, ma passion pour les mots, la radio et l’info m’a poussée à changer petit à petit de métier. J’ai alors mis un pied dans la rédaction et un autre dans la radio. Après avoir suivi de nombreuses formations en France et en Tunisie, je me suis spécialisée dans les domaines culturel et sociétal, avec un focus sur tout ce qui concerne la femme. Depuis, je produis des émissions radio, j’écris pour un magazine et j’anime et conduis des tables rondes.